Blog

Intimité saine et sécuritaire pour les étudiants du Collège

Intimité saine et sécuritaire pour les étudiants du Collège

Entrer à l’université est le début d’un nouveau chapitre de la vie.

Pour de nombreux étudiants, ce sera la première fois qu’ils vivent loin de chez eux. Naviguer dans l’amour, le sexe et l’intimité sera nouveau pour certains étudiants, et bien que ce soit une période de découverte et de plaisir, il y aura aussi des hauts et des bas.

Le sexe et l’intimité sont une belle partie de la vie, mais ils comportent des risques. Les grossesses non désirées, les agressions sexuelles et les infections et maladies sexuellement transmissibles ne sont que quelques-uns des problèmes dont les élèves doivent être conscients.

La bonne nouvelle est qu’être au courant des dernières recommandations et pratiques en matière de santé sexuelle pour des rapports sexuels protégés peut vous aider à éviter et à gérer les situations difficiles.

Dans ce guide, nous aborderons :

  • Différents types de relations sexuelles
  • Rester protégé au collège
  • Agression sexuelle / viol par rendez-vous
  • Infections et maladies sexuellement transmissibles
  • Grossesse non planifiée et contraception

Différents types de relations sexuelles au collège

Il y a souvent une stigmatisation que l’université consiste à «se connecter» et à avoir des aventures d’un soir. En vérité, ils ne sont pas aussi courants qu’on pourrait le penser. Une étude menée par HerCampus a révélé que 42 % des étudiants n’avaient jamais eu d’aventure d’un soir, tandis que 67,4 % des étudiants ont déclaré que ce n’était pas courant dans leurs groupes d’amis.

Cela étant dit, il existe différents types de « connexions » et de relations. Voici les termes les plus courants que vous rencontrerez :

  • Amis avec avantages (FWB) – amis qui se connectent avec désinvolture pour le sexe
  • Appel de butin – ne se rencontrer que pour le sexe
  • Sexe/f*ck copain – similaire à FWB, mais plus de sexe et moins d’amitié
  • Coup d’un soir – un rapport sexuel ponctuel avec quelqu’un
  • Situation – quelque part entre FWB et une relation

Il est également important de se rappeler que ces termes peuvent être utilisés de manière vague. Les relations changent et évoluent tout le temps, mais si vous ne savez pas où vous en êtes avec un partenaire sexuel, communiquez avec lui et établissez le type de relation dans lequel vous vous trouvez.

Caitlin V. Neal, sexologue résidente pour la société d’hygiène sexuelle et de soins corporels, Royal, a offert ses conseils d’expert sur le sexe et l’intimité aux étudiants. Lors de son premier rapport sexuel, elle déclare :

Les étudiants se sentent parfois obligés d’avoir des relations sexuelles pour la première fois, croyant à tort que tout le monde l’a «fait». La chose la plus importante à garder à l’esprit est que le sexe n’est pas un événement mais un voyage, et que si la pratique est précieuse et que l’université est un excellent endroit pour l’obtenir, la qualité compte finalement plus que la quantité.

Questions importantes à vous poser avant d’entrer dans des relations sexuelles

Avant d’entrer dans une relation sexuelle, c’est une bonne idée de prendre le temps de vous préparer et de vous assurer que vous connaissez vos limites. Il est facile de se laisser prendre par le moment, mais en établissant ce avec quoi vous êtes à l’aise et ce que vous n’êtes pas prêt à faire, vous pouvez profiter du sexe et de l’intimité sans avoir de regrets plus tard.

Suis-je prêt pour le sexe ?

Avant d’entrer dans une relation sexuelle, demandez-vous si vous êtes mentalement, émotionnellement et physiquement prêt pour le sexe, ou si vous le faites sous la pression des pairs. Ce n’est pas grave si vous ne vous sentez pas prêt, mais il est important de le dire à votre partenaire et d’attendre que vous vous sentiez à l’aise.

Qu’est-ce que je suis à l’aise de faire ?

Connaître vos limites sexuelles peut vous éviter de vous retrouver dans une situation inconfortable. Vos limites sexuelles peuvent être différentes de celles de votre partenaire, c’est donc une bonne idée de discuter de ce problème avec lui et de trouver un terrain d’entente où vous vous sentirez tous les deux à l’aise, physiquement et émotionnellement.

Ai-je la bonne protection ?

Tout le monde a la responsabilité de s’assurer que la protection est utilisée pendant les rapports sexuels. Ne présumez jamais que votre partenaire utilise une protection sans en discuter au préalable. Parlez à votre conseiller de santé local ou à votre médecin pour savoir quels types de protection vous conviennent.

Votre protection doit vous couvrir à la fois contre les infections et maladies sexuellement transmissibles (IST et MST) et contre la grossesse.

Questions importantes pour votre partenaire sexuel

Même si vous trouvez les questions ci-dessous personnelles et intrusives, rappelez-vous que le sexe est un acte très intime. Par conséquent, vous devez comprendre l’histoire sexuelle de votre partenaire (dans une certaine mesure), tout en étant honnête avec lui à propos de la vôtre.

Avez-vous déjà eu des MST/IST ?

Connaître la santé sexuelle de votre partenaire peut vous aider à éviter de contracter une MST ou une IST non désirée. Cela vous donnera également une indication du sérieux avec lequel votre partenaire prend l’utilisation de la protection s’il ne semble pas inquiet d’attraper une infection ou une maladie.

Quels types de contraception êtes-vous à l’aise d’utiliser ?

Soyez clair sur les types de contraception que vous prévoyez d’utiliser et découvrez ce que votre partenaire en pense. Rappelez-vous, c’est une responsabilité conjointe. Il se peut que certaines pilules contraceptives ou préservatifs ne vous conviennent pas, à vous ou à votre partenaire. Heureusement, il existe de nombreux types de contraception différents, il suffit donc de trouver celui qui vous convient.

Êtes-vous heureux de passer un test?

Si votre partenaire n’est pas disposé à passer un test, vous avez le droit de ne pas avoir d’activité sexuelle avec lui. Votre santé sexuelle est votre responsabilité, et comme certaines MST et IST ne présentent aucun symptôme, vous ne pouvez jamais en être sûr à moins de passer un test.

Quelle est notre situation ?

Êtes-vous dans une relation monogame? Amis avec des avantages? Votre partenaire a-t-il des relations sexuelles avec plusieurs personnes ? Toutes ces informations vous aideront à déterminer la fréquence à laquelle votre partenaire (et vous) devez être testé. Ceux qui sont dans une relation monogame ont moins de risques d’attraper des infections et des maladies sexuelles, mais doivent quand même passer des tests annuels par précaution.

Êtes-vous prêt pour le sexe?

Ne supposez jamais que votre partenaire est à l’aise et prêt à avoir des relations sexuelles – il est préférable de demander et d’éviter tout malentendu. Vous voudrez peut-être aussi lui poser des questions sur ses antécédents sexuels afin de mieux comprendre sa relation avec le sexe.

Sur les difficultés auxquelles les étudiants sont confrontés au collège, Caitlin commente :

Le plus grand défi auquel les étudiants sont confrontés en matière de santé sexuelle et d’intimité est le manque d’expérience et de connaissances sur leur corps, leurs limites, leurs préférences. Le meilleur et le pire de l’université est qu’il s’agit d’un terrain d’entraînement pour les expériences sexuelles, mais ce n’est pas sans conséquences comme les grossesses non désirées et les infections sexuellement transmissibles (IST) qui peuvent rester avec vous à vie.

Comment rester protégé au collège

Le sexe et les relations font partie intégrante de la vie. Quand les choses vont bien, c’est une expérience formidable, mais quand les choses tournent mal, vous devez prendre soin de vous pour vivre la meilleure expérience à l’université.

Non seulement vous devez prendre soin de vous physiquement et prendre des précautions contre les agressions sexuelles, mais votre santé mentale et émotionnelle est également très importante.

Émotionnellement et mentalement

Commencer l’université peut être une montagne russe d’émotions, vous vous ferez de nouveaux amis, ferez l’expérience de situations différentes et serez poussé hors de votre zone de confort. Parfois, tous ces facteurs peuvent sembler accablants, et c’est pourquoi l’université est un moment courant pour que des problèmes de santé mentale surviennent.

Ne vous isolez pas. Contactez votre famille et vos amis, même si vous pensez que vos problèmes pourraient disparaître d’eux-mêmes, il est important d’avoir un réseau de soutien vers lequel vous pouvez vous tourner.

Demander de l’aide. La plupart des collèges ont des conseillers sur place, mais si ce n’est pas le cas, ils devraient être en mesure de vous diriger vers le bon endroit pour recevoir de l’aide.

Faites tout une étape à la fois. Certaines relations évoluent plus rapidement que d’autres, mais si vous avez l’impression d’être au-dessus de votre tête, réduisez les choses et faites de petits pas pour construire de meilleures amitiés et relations.

Prend de la physique. Même dix minutes d’exercice par jour peuvent faire une différence pour votre bien-être émotionnel et mental. Cela vous redynamisera et vous aidera à traiter vos pensées et vos sentiments avant que vous ne soyez submergé.

Selon Caitlin, coach en relations sexuelles et relationnelles :

La meilleure façon de prendre soin de votre santé mentale et émotionnelle est d’avoir un réseau de soutien composé d’amis et même de professionnels de la santé mentale qui peuvent vous aider à garder une perspective sur votre relation. Si vous êtes dans un couple où vous commencez à vous éloigner de vos proches, ou si la personne avec qui vous êtes commence à vous isoler de votre système de soutien, il est temps de reconsidérer la relation.

Sexuellement

Le sexe est plus qu’un simple acte physique – pour beaucoup de gens, c’est un acte spirituel et émotionnel. Vous devez vous assurer que vous avez protégé vos limites, votre bien-être et vous-même physiquement contre les IST, les MST et les agressions sexuelles.

Voici quelques repères à retenir :

  • Utilisez toujours des protections. Cela réduira le risque de contracter une infection ou une maladie sexuellement transmissible. Soyez également au top du contrôle des naissances pour éviter une grossesse non désirée.
  • Soyez clair sur ce que vous êtes à l’aise de faire. N’ayez pas peur de parler à votre partenaire des problèmes sexuels qui vous dérangent. Parler à des amis vous aidera également à traiter vos pensées et vos sentiments sur le sujet.
  • Faites-vous tester régulièrement. Même si vous utilisez une protection, des erreurs se produisent, c’est donc une bonne idée de vous faire tester au moins une fois par an (plus selon votre niveau d’activité et le nombre de partenaires sexuels que vous avez).
  • Écoutez votre intuition. Bien que les aventures d’un soir se produisent certainement à l’université, il n’y a aucune pression pour s’engager dans une activité sexuelle avec quelqu’un avec qui vous n’êtes pas à l’aise.

Une autre partie de la protection à l’université consiste à s’assurer que vous restez physiquement en sécurité. Lisez la suite pour en savoir plus sur la réduction des risques d’agression sexuelle (et que faire si cela se produit):

Réduire les risques d’agression sexuelle

L’agression sexuelle peut entraîner des blessures physiques, mais elle affectera également votre bien-être mental et émotionnel, même si vous ne vous souvenez pas entièrement des événements qui se sont produits. Une agression sexuelle sous l’influence de drogues du viol laisse généralement à la victime peu de souvenirs de ce qui s’est passé.

Alors, que pouvez-vous faire pour réduire les risques et rester en sécurité ?

Buvez de manière responsable. N’acceptez pas de boissons d’étrangers à moins que vous ne puissiez voir la préparation de la boisson et ne laissez jamais votre boisson sans surveillance. Si vous commencez à vous sentir mal, restez avec un ami et consultez un médecin. Restez dans vos limites.

Lors des premiers rendez-vous, faites savoir à un ami ou à un membre de votre famille où vous allez et quand vous attendre à la maison. Se réunir dans un lieu public est plus sûr que d’aller au domicile d’une personne que vous ne connaissez pas.

Quand tu sors avec des amis, faire un plan à l’avance et mettez-vous d’accord sur les moyens de vous connecter tout au long de la nuit. Assurez-vous que vous et vos amis rentrez chez vous ensemble.

Gardez toujours votre téléphone chargé, et n’acceptez pas d’ascenseurs de personnes que vous ne connaissez pas et en qui vous ne faites pas confiance. Prévoyez votre retour à la maison à l’avance et assurez-vous d’avoir de l’argent sur vous si vous devez prendre un taxi.

Soyez conscient de qui est autour de vous lors d’une fête, promenez-vous sur des chemins bien éclairés, verrouillez vos portes et vos fenêtres et sachez où se trouvent les téléphones d’urgence les plus proches au cas où votre batterie s’épuiserait.

Caitlin insiste sur l’importance d’avoir des amis de confiance autour de soi pour réduire le risque d’agression sexuelle :

C’est un conseil séculaire, mais pensez à utiliser le système de jumelage lorsque vous sortez le soir en tant qu’étudiants. Peu importe votre sexe, masculin ou féminin ou non binaire, discutez avec votre binôme de votre plan pour la soirée. Le plan est de se saouler et de rentrer ensemble à la maison ? Super! Le plan est de se brancher et de s’envoyer en l’air ? C’est super aussi.

Votre copain peut vous aider à vous assurer que vous rentrez chez vous avec quelqu’un que vous voulez et que la personne que vous ramenez à la maison est également consentante. Choisissez un ami en qui vous pouvez avoir confiance pour vous dire la vérité brutale que vous avez besoin d’entendre, et ne vous enivrez pas au point de ne pas pouvoir l’entendre.

Statistiques sur les viols

Le viol par rendez-vous fait référence à l’acte d’avoir des relations sexuelles sans le consentement de la victime. Cela peut se produire entre des étrangers ou avec des personnes qui se connaissent lorsqu’une partie abuse de la confiance de l’autre en la forçant ou en la droguant à avoir des relations sexuelles.

Selon Drink Safe :

On estime que 80% de tous les viols qui se produisent sont des viols de rendez-vous.

Seuls 30,7 % de tous les viols sont signalés à la police.

80% des viols perpétrés contre les femmes se produisent lorsque la femme est en état d’ébriété.

1 femme sur 5 est agressée sexuellement à l’université.

Les femmes âgées de 18 à 24 ans sont celles qui souffrent le plus du viol sur le plan démographique.

Les victimes de viol sont plus susceptibles de souffrir de SSPT.

Drogues du viol

Il existe différents types de drogues utilisées pour intoxiquer les victimes, mais le principal auteur utilisé est l’alcool. Surveiller votre limite et vous assurer que personne d’autre n’a accès à votre boisson est le meilleur moyen de rester en sécurité lorsque vous profitez d’une soirée.

La plupart des drogues du viol n’ont ni odeur ni goût, et sont incolores, vous ne remarquerez donc pas qu’elles se dissolvent dans votre boisson.

Les drogues du viol couramment utilisées sont le GHB (également connu sous le nom d’ecstacy liquide), le Rophynol (souvent appelé « roofie ») et la kétamine.

Différentes drogues ont des effets différents – certaines vous rendront somnolent, d’autres provoqueront des hallucinations ou une perte de conscience.

Comprendre le consentement – ​​Quand non veut dire non

Dans cette section, nous allons couvrir ce qu’est le consentement, à quoi il ressemble et comment éviter d’être complaisant en matière de consentement sexuel.

Qu’est-ce que le consentement ?

Donner son consentement avant/pendant une activité sexuelle montre à votre partenaire que vous êtes heureux d’aller de l’avant avec l’intimité physique. Il peut s’appliquer à tout, des attouchements, des préliminaires, des relations sexuelles orales, anales et vaginales.

Comment donner son consentement ?

Il est très important de donner son consentement sans envoyer de signaux contradictoires. Ne soyez pas placide dans ces situations, vous devez prendre le contrôle de la situation et rendre vos intentions faciles et claires à comprendre.

Si vous êtes mal à l’aise dans la situationdites à votre partenaire exactement ce que vous ressentez avec des mots comme :

  • « Arrêt »
  • « Je ne veux pas faire ça »
  • « Ne me touche pas »
  • « Si tu ne t’arrêtes pas, je m’en vais »

Si vous voulez donner consentement positif et montrez à votre partenaire que vous êtes d’accord avec ce qui se passe, vous pouvez dire :

  • « Je suis prêt »
  • « Ça fait du bien ! »
  • « Ne t’arrête pas »
  • « J’apprécie ça »

Soyez franc sur ce que vous ressentez dès le début et ne présumez jamais que votre partenaire sait à quel point vous êtes à l’aise (ou mal à l’aise) dans la situation.

Comment éviter d’être un agresseur

L’agression sexuelle est la responsabilité de tous. Les victimes potentielles doivent s’assurer qu’elles se protègent, tandis que les autres doivent s’assurer qu’elles ne font pas preuve de force ou ignorent les signes indiquant que quelqu’un ne consent pas à une activité sexuelle.

Votre partenaire pourrait ne pas vous dire verbalement qu’il est mal à l’aise. Faites attention au langage corporel comme :

  • Ne pas établir de contact visuel
  • Éviter le toucher
  • Apparaissant tendu ou nerveux
  • Regarder loin de toi
  • Prendre ses distances
  • Secouant la tête
  • Avoir l’air contrarié/inquiet/effrayé
  • Trouver des raisons d’arrêter et de changer d’activité

L’ignorance n’est pas une excuse en matière d’agression sexuelle :

  • Partager un lit ne signifie pas que le sexe est à l’ordre du jour
  • Le silence ne veut pas dire « oui »
  • Flirter ne signifie pas que l’autre personne veut devenir physique
  • Ne présumez jamais que votre partenaire est heureux de poursuivre une activité sexuelle
  • Être ivre ou sous l’influence de drogues peut entraver la capacité d’une personne à donner un consentement clair. N’en profite pas.

Comme l’explique Caitlin :

Ayez le consentement – parlez d’abord avec vous-même, avant de vous engager avec quelqu’un d’autre. Soyez clair avec vous-même sur ce qui vous convient, sur ce qui se rapproche de la ligne et sur ce qui est absolument interdit pour vous ce soir.

Engagez-vous envers vous-même à défendre vos limites et à prendre bien soin de vous avant de quitter votre dortoir. Ensuite, lorsque vous négociez le consentement avec un amant potentiel, ce sera tellement plus facile parce que vous ne fixez pas vos limites à la volée.

De plus, vérifiez-vous régulièrement tout au long de la nuit, respectez-vous vos engagements envers vous-même ? Enfin, soyez à l’affût du « non » d’un partenaire et de son « oui ». Soyez très sensible lorsque quelqu’un dit autre chose qu’un « oui de l’enfer » avec ses mots, son comportement ou son langage corporel. Si la personne avec qui vous envisagez de sortir ressemble à un « peut-être », alors prenez un chèque de pluie. Mieux vaut rentrer seul ce soir que d’être accusé d’agression sexuelle demain.

Que faire en cas d’agression sexuelle

L’agression sexuelle, même si elle se produit avec quelqu’un que vous connaissez (y compris un partenaire) est un crime. Il n’y a aucune excuse pour cela, et même si vous étiez tous les deux sous l’influence de l’alcool, il est toujours impératif que vous cherchiez de l’aide, même si vous n’êtes pas sûr des détails de ce qui s’est passé.

Quittez la situation le plus rapidement possible

Trouvez un endroit sûr pour évaluer tout dommage physique et calmez-vous. Utilisez ce temps pour appeler un ami ou un membre de la famille et préparer les prochaines étapes. Si vous avez peur, vous devez immédiatement appeler la police.

Consultez immédiatement un médecin

Il est important d’aller à l’hôpital le plus tôt possible, surtout si vous êtes blessé. Vous devez également porter l’affaire devant la police, ils devront collecter des échantillons d’ADN et rassembler toute autre preuve nécessaire, ce qui est mieux fait dans les 72 premières heures suivant l’incident. Ne vous douchez pas et ne lavez pas vos vêtements, et si l’agression a eu lieu chez vous, ne nettoyez ni n’enlevez quoi que ce soit.

Vous pouvez être référé pour passer un examen médical

La police peut vous envoyer pour un contrôle afin que les médecins puissent vous contrôler et prélever des échantillons importants qui peuvent aider à l’affaire. Si vous avez moins de 21 ans, vous aurez besoin de la signature d’un tuteur pour le kit de viol (qui n’est accessible que si un rapport de police a été déposé au préalable).

Cherchez de l’aide et sachez que vous n’êtes pas seul

Même si vous ne vous sentez pas à l’aise pour discuter de ce qui s’est passé avec vos amis ou votre famille, de nombreux organismes peuvent vous aider et vous soutenir tout au long de votre guérison. L’agression sexuelle peut vous faire honte ou vous gêner, mais il est important de vous rappeler que ce n’est pas de votre faute et que la vie s’améliorera si vous prenez l’aide disponible.

Que faire si un ami a été agressé?

Si un ami confie qu’il a été agressé sexuellement, vous avez la responsabilité de l’aider à trouver le bon soutien. De plus, vous pouvez offrir beaucoup de soutien émotionnel simplement en étant là pour eux.

  • Évitez de porter des jugements ou de montrer de l’incrédulité lorsqu’ils racontent leur histoire
  • Faites-leur savoir que vous êtes là pour les aider et encouragez-les à contacter la police ou à contacter un service d’assistance
  • Vérifiez régulièrement avec eux pour voir comment ils vont et s’ils ont besoin d’aide. Les suites d’une agression sexuelle peuvent être très turbulentes, alors évitez de laisser votre ami souffrir en silence
  • N’insistez pas pour obtenir des détails à moins que la victime ne veuille s’ouvrir. Ils peuvent avoir besoin de temps pour comprendre ce qui s’est passé et les pousser pourrait les faire reculer encore plus

Lignes d’assistance et groupes de soutien en cas d’agression sexuelle

Plus important encore, soyez à jour sur l’aide disponible. En plus de parler à votre collège de leurs directives de soutien, de nombreuses organisations peuvent fournir un soutien et une assistance aux victimes d’agression sexuelle :


RAINN

(Rape, Abuse, & Incest National Network) propose une aide sous forme de chat en ligne et un numéro à appeler, disponible en espagnol et en anglais. Ils sont ouverts 24h/24 et 7j/7 et fournissent une assistance et des conseils juridiques :

Appelez : 800-656-HOPE (4673)


VictimConnect

Offre un soutien aux victimes de tout crime ou agression et est ouvert de 8h30 à 19h30. Ils ont un service de chat, ou vous pouvez appeler pour parler à un spécialiste (également disponible pour les hispanophones).

Appelez : 1-588-4VICTIM ( 1-855-484-2846)


L’amour c’est le respect

Ligne d’aide et de soutien pour les jeunes qui se retrouvent dans des relations abusives. L’agression sexuelle est toujours un crime et un mal, peu importe depuis combien de temps vous avez été impliqué avec une personne. Discutez, envoyez des SMS ou appelez en toute confidentialité, ouvert 24h/24 et 7j/7.

Appelez : 1-866-331-9474

Appelez : 1-866-331-9474


Ligne d’assistance téléphonique nationale sur la violence domestique des sourds

Aide aux Américains sourds cherchant un soutien pour agression sexuelle ou abus de toute nature. Visiophone pour parler à un membre formé qui pourra vous orienter vers les bons services et vous orienter vers les services locaux.

Appelez : 1.800.799.SAFE (7233)


Rester informé sur les infections/maladies sexuellement transmissibles

En gardant le contrôle de vos pratiques sexuelles, vous pouvez profiter du sexe sans vous soucier d’attraper une maladie ou une infection inconfortable et, dans certains cas, qui change la vie. Le groupe d’âge le plus susceptible d’attraper une maladie ou une infection sexuellement transmissible est celui des 15-24 ans. Voici quelques-unes des IST et des MST les plus courantes :

Nom

Les symptômes

Comment le traiter

L’herpès génital

Les seuls symptômes visibles sont des démangeaisons, des douleurs, de petites bosses rouges ou des croûtes autour de la région génitale.

Bien qu’il n’y ait pas de remède, les médicaments antiviraux peuvent atténuer les symptômes et réduire les épidémies.

Verrues génitales / Virus du papillome humain (VPH)

Faites attention aux verrues de couleur chair ou grises autour des organes génitaux et de l’anus. Vous pouvez ressentir une gêne pendant les rapports sexuels et, dans certains cas, des saignements.

Les traitements topiques peuvent réduire l’irritation et, dans certains cas, les verrues peuvent être gelées ou éliminées au laser (strictement effectuées par un médecin).

Chlamydia

Environ 70 % des personnes ne ressentent aucun symptôme, mais celles qui en ressentent peuvent ressentir de la douleur en urinant, pendant les rapports sexuels et dans le ventre ou le bassin. La décharge est également un symptôme, tant chez les hommes que chez les femmes.

La chlamydia se traite facilement avec des antibiotiques, mais si elle n’est pas traitée, elle peut endommager le système reproducteur chez la femme. Dans certains cas, cela peut affecter la capacité d’avoir des enfants.

Syphilis

Les symptômes comprennent des plaies autour de la bouche, des organes génitaux et de l’anus. Cela peut se transformer en fièvre, éruptions cutanées et ganglions lymphatiques enflés. Si elle n’est pas traitée, elle peut affecter de nombreux organes, y compris le cœur et le cerveau.

Si elle est détectée tôt, la syphilis peut être traitée avec des antibiotiques. S’il est laissé trop longtemps, certains dommages peuvent être irréparables par la médecine.

VIH/SIDA

Si vous avez attrapé le VIH, vous pourriez ressentir des symptômes pseudo-grippaux environ deux semaines après un rapport sexuel. Dans certains cas, le VIH peut mettre des années à se transformer en SIDA.

Il n’y a pas de remède contre le VIH/SIDA. L’utilisation de médicaments contre le VIH (thérapie antirétrovirale) peut ralentir la progression et vous donner une vie saine tout en vous assurant de ne pas transmettre l’infection à d’autres.

Blennorragie

Les symptômes comprennent des écoulements, l’envie d’uriner souvent et des maux de gorge. Les hommes peuvent ressentir un gonflement et des douleurs dans les testicules et le pénis. Les femmes ressentent généralement de la douleur pendant les rapports sexuels et la miction.

Les antibiotiques sont utilisés pour traiter la gonorrhée, mais s’ils ne sont pas traités, ils peuvent provoquer une MIP (maladie inflammatoire pelvienne), de l’arthrite, des lésions des valves cardiaques et l’infertilité chez les hommes et les femmes.

Hépatite B

Les symptômes comprennent des nausées, des vomissements, des urines foncées, de la fièvre et de la fatigue. Les symptômes apparaissent généralement dans les 5 semaines à 8 mois après avoir contracté l’infection.

Les médicaments antiviraux peuvent être utilisés pour ralentir l’infection et réduire les dommages au foie, mais il n’y a pas de remède contre l’infection.

Comment éviter d’attraper une IST ou une MST

C’est simple : portez une protection en tout temps lors des rapports sexuels. Si vous n’avez aucune protection sur vous, ne participez pas à des activités sexuelles. Alors que certaines infections peuvent être guéries sans dommages durables, vous courez toujours le risque d’attraper une maladie incurable qui pourrait affecter votre santé et votre mode de vie.

Réduisez vos chances en :

  • Toujours porter des protections (préservatifs)
  • Se faire tester régulièrement pour que le traitement puisse faire effet avant que les infections ne se propagent

Cela protégera votre santé et le bien-être de vos partenaires sexuels actuels et futurs. Votre collège sera en mesure de vous conseiller sur l’emplacement de la clinique de santé sexuelle la plus proche, et les tests initiaux impliquent de répondre à des questions sur vos antécédents sexuels, ainsi qu’un examen médical de vos organes génitaux. Vous devrez peut-être également subir un test sanguin en fonction du type de test que vous subissez.

Caitlin explique que pour avoir des expériences sexuelles saines, vous devez :

Faites vos recherches et vérifiez auprès de plusieurs sources. De nombreuses IST peuvent être transmises même avec l’utilisation d’un préservatif, et chaque fois que des drogues ou de l’alcool sont impliqués, une méthode de contraception d’appoint (comme la pilule) doit être utilisée. Il est bien trop facile de renoncer à l’utilisation d’un préservatif et de le regretter le lendemain matin. Entraînez-vous à avoir des conversations de consentement tôt et régulièrement pour éviter de faire quoi que ce soit pour lequel vous n’êtes pas tous les deux d’accord.

Ressources sur les MST et les IST

Faire tester

Pour trouver votre centre de test le plus proche, utilisez ce site Web. Ils ont également beaucoup d’informations sur les différents types de MST et d’IST.

Centre de contrôle et de prévention des maladies

Cette ventilation vous permettra de savoir pour quels types de MST et d’IST vous devriez vous faire tester. Il existe également la possibilité de trouver le centre de test le plus proche, ainsi que des ressources sur ce qu’il faut faire si votre test est positif pour une infection ou une maladie.

Association américaine de santé sexuelle

Pour l’AZ sur la santé sexuelle, ce site Web fournira des informations sur les risques d’attraper une IST ou une MST, ainsi que vous mettra en contact avec différents prestataires de soins de santé.

Une vie positive

Organisme de soutien aux personnes vivant avec le VIH/sida. Parlez aux prestataires de soins de santé, apprenez-en plus sur le soutien offert et apprenez à vivre une vie saine avec le SIDA.

Prévenir la grossesse au collège

Avec un étudiant sur 10 abandonnant l’université en raison d’une grossesse non planifiée, ne vous contentez pas de savoir comment éviter de tomber enceinte. Voici une ventilation des différents types de contraception disponibles:

Préservatifs

Le préservatif est une méthode de contraception « barrière ». La barrière empêche les spermatozoïdes de traverser l’utérus, et ils sont efficaces à 98 % pour arrêter la grossesse. Ils peuvent être achetés en vente libre dans les pharmacies ou gratuitement dans les cliniques de santé.

Avantages:

  • Facile à acheter/gratuit dans les centres de santé
  • Protège contre la plupart des IST et des MST
  • Ne contient aucune hormone
  • Facile à appliquer

Les inconvénients:

  • Ils ne sont pas une solution à long terme (ne conviennent qu’à un usage unique)

Diaphragme

Il s’agit d’une barrière souple en forme de dôme en plastique. Il est inséré dans le col de l’utérus où il empêche les spermatozoïdes d’entrer dans l’utérus, et des spermicides sont utilisés pour tuer tous les spermatozoïdes qui s’approchent de la barrière. Un médecin devra vous prescrire un diaphragme et le coût variera en fonction de votre plan de soins de santé. On pense que les diaphragmes utilisés avec le spermicide sont efficaces entre 92 et 96 %.

Avantages:

  • Généralement bon marché
  • Réutilisable
  • N’affecte pas les rapports sexuels

Les inconvénients:

  • Vous aurez besoin d’une ordonnance
  • Certaines personnes ont du mal à insérer
  • Ne protège pas contre les IST ou les MST
  • Doit être utilisé pour chaque interaction sexuelle

Dispositif intra-utérin (DIU)

Un DIU est un petit dispositif en forme de T en cuivre ou en plastique qui est inséré dans l’utérus. En plus d’être réversible, un DIU peut rester dans l’utérus pendant 3 à 10 ans. Il doit être inséré par un professionnel de la santé qualifié. Les DIU au cuivre sont considérés comme efficaces à 99 %, tandis que les hormones contenant des DIU sont efficaces à 99,8 %.

Avantages:

  • Contraception à long terme selon le type que vous choisissez
  • L’un des contraceptifs les plus efficaces avec un taux de protection de 99 %
  • Entièrement réversible – vous redevenez fertile une fois l’appareil retiré

Les inconvénients:

  • Peut provoquer des saignements irréguliers ou des saignotements
  • Ne protège pas contre les IST ou les MST
  • Doit être inséré et retiré par un professionnel de la santé

Pilule d’urgence contre les contractions (pilule du lendemain)

Cette contraction est à utiliser après un rapport sexuel non protégé, ou si le préservatif s’est cassé, ou s’il s’agit d’un cas d’agression sexuelle. Plus vous le prenez tôt, plus il sera efficace, mais il peut être pris jusqu’à cinq jours après un rapport sexuel non protégé. Il prévient environ 85 % des grossesses et peut être pris dans votre centre de santé local ou votre pharmacie

Avantages:

  • Aucune ordonnance nécessaire
  • Plus efficace lorsqu’il est utilisé dans les 24 premières heures après avoir eu des relations sexuelles

Les inconvénients:

  • À n’utiliser qu’en cas d’urgence et non comme méthode de contraception régulière
  • Ne protège pas contre les IST ou les MST
  • Contient des niveaux élevés d’hormones
  • Peut affecter les règles et peut causer des maux de tête, des nausées et d’autres effets secondaires

L’implant contraceptif

Cela consiste à insérer une petite tige sous la peau du haut du bras d’une femme. Cet appareil libère l’hormone progestérone qui empêche la libération de l’ovule et rend difficile le passage des spermatozoïdes. L’implant durera trois ans, après quoi vous pourrez le faire remplacer. Il est très efficace, offrant une protection à 99 % contre la grossesse.

Avantages:

  • N’interfère pas avec le sexe
  • Réversible – la fertilité reviendra dès qu’elle sera retirée
  • Dure trois ans

Les inconvénients:

  • Ne protège pas contre les IST et les MST
  • Peut provoquer des saignements irréguliers
  • Doit être inséré et retiré par un professionnel de la santé

Le patch contraceptif

Le patch contraceptif est appliqué sur le bras d’une femme et libère des hormones qui l’empêchent de tomber enceinte jusqu’à une semaine à chaque utilisation. Il est étanche, donc il ne se détache pas lors de la douche ou de la natation. Le patch est considéré comme efficace à 99% pour arrêter la grossesse.

Avantages:

  • Facile à appliquer
  • Dure une semaine
  • Toujours efficace même si vous vomissez (contrairement à la pilule)

Les inconvénients:

  • Peut provoquer des effets secondaires comme des maux de tête ou, dans des cas extrêmes, une augmentation de la pression artérielle ou des caillots sanguins
  • Ne protège pas contre les IST et les MST

L’anneau contraceptif

Fidèle à son nom, un anneau contraceptif est un morceau de plastique rond et flexible qui est inséré dans le vagin et libère des hormones. L’anneau reste en place pendant trois semaines avant d’être retiré pour vos règles. Lorsqu’il est utilisé correctement et non avec certains autres médicaments, il est efficace à 99 %.

Avantages:

  • Complètement réversible – la fertilité revient une fois l’anneau retiré
  • Facile à insérer et à retirer à la maison
  • Une forme de contraception très efficace

Les inconvénients:

  • Ne protège pas contre les IST ou les MST
  • Ne convient pas aux femmes intolérantes aux formes de contraception contenant des œstrogènes

La pilule contraceptive

Il existe différents types de pilules – la pilule combinée contient à la fois des œstrogènes et un progestatif, tandis que la mini-pilule ne contient que du progestatif. Pris par voie orale, les comprimés doivent être pris à peu près à la même heure chaque jour. La prise de la pilule n’est disponible que sur ordonnance, vous devrez donc discuter de vos options avec un médecin ou un professionnel de la santé.

Avantages:

  • Efficace à 99 %, mais seulement s’il est utilisé correctement
  • N’interfère pas avec le sexe
  • Peut aider en cas de règles abondantes et d’acné

Les inconvénients:

  • Peut causer des effets secondaires
  • Ne protège pas contre les MST et les IST
  • Faut se rappeler de le prendre systématiquement sinon il perd de son efficacité

L’injection contraceptive

Cette injection consiste en une version synthétique de progestatif, généralement administrée dans le haut du bras ou la fesse. Cette hormone empêche la grossesse chez les femmes. Selon le type que vous choisissez, cela peut durer n’importe où pendant deux à trois mois. Il est considéré comme efficace à 99 %.

Avantages:

  • Dure quelques mois donc pas besoin de penser au quotidien
  • Une méthode de contraception efficace
  • Ne perturbe pas le sexe

Les inconvénients:

  • Ne peut être obtenu qu’auprès d’une clinique de santé ou d’un médecin
  • Ne protège pas contre les IST ou les MST
  • Peut perturber les règles

Les mythes de la contraception démystifiés

Mythe: La méthode « retirer » vous empêchera de tomber enceinte.

Fait: On pense que « l’extraction » avant l’éjaculation n’est efficace qu’à 78%, ce qui signifie qu’environ 1 femme sur 5 risque de tomber enceinte. De plus, la pré-éjaculation (qui contient du sperme) peut survenir à tout moment pendant les rapports sexuels, ce n’est donc pas la forme de contraception la plus fiable.

Mythe: Vous ne tomberez pas enceinte si vous avez des rapports sexuels non protégés pendant vos règles.

Fait: C’est extrêmement peu probable, mais comme chaque cycle menstruel diffère, il y a toujours une petite possibilité que vous tombiez enceinte. Il convient également de noter que les spermatozoïdes peuvent vivre jusqu’à cinq jours dans le corps, donc selon le moment où vous avez des rapports sexuels non protégés et le moment où vous commencez à ovuler, il peut y avoir une période de transition.

Mythe: Le contrôle des naissances vous fera prendre du poids.

Fait: Des études ont montré que très peu de poids est pris lors de la prise de la pilule contraceptive, tout au plus, la recherche a montré une prise de poids moyenne de 4,4 lb lors de la prise de la pilule pendant un an.

Mythe: Le contrôle des naissances peut provoquer des accidents vasculaires cérébraux ou des caillots sanguins.

Fait: En effet, les chances de ces conditions augmentent légèrement chez certains individus (être âgé de plus de 35 ans, fumeur ou ayant des antécédents de maladie cardiovasculaire), cependant, la majorité des gens courent peu de risque d’accident vasculaire cérébral ou de caillots sanguins en prenant la pilule. Parlez toujours à votre médecin de vos préoccupations et il vous aidera à trouver un type de contraception approprié.

Que faire en cas de grossesse non planifiée

Aucun contraceptif n’est efficace à 100 % et des accidents peuvent arriver. Le préservatif s’est cassé, vous avez oublié de prendre votre pilule ou des rapports sexuels non protégés peuvent tous mener à une grossesse. Si vous avez eu des rapports sexuels non protégés, plus tôt vous vous rendrez au centre de santé le plus proche, plus la prise de contraception d’urgence sera efficace.

Certaines femmes commencent à ressentir des symptômes de grossesse entre 2 et 3 semaines après avoir eu des rapports sexuels, tandis que pour d’autres, cela peut prendre quelques mois.

Les signes de grossesse incluent :

  • Période manquée
  • Nausées (avec ou sans vomissements)
  • Fatigue
  • Tendresse dans les seins

Si vous pensez être enceinte, le moyen le plus rapide de le savoir est de faire un test de grossesse, que vous pouvez trouver dans votre centre de santé local, votre pharmacie ou votre cabinet médical. Si le résultat est positif, vous devrez immédiatement prendre rendez-vous avec votre médecin pour discuter de vos options et vérifier votre état de santé.

Alors, quelles sont les options si vous vous retrouvez avec une grossesse non planifiée ?

Adoption

Si vous ne vous sentez pas prêt à être parent, mais que vous ne voulez pas interrompre la grossesse, l’adoption vaut la peine d’être envisagée. Il existe différents types d’adoption dont vous pouvez discuter dans votre centre de santé, et de nombreuses familles aimantes sont prêtes à adopter.

Devenir parent

Si vous voulez garder l’enfant, vous devrez vous assurer d’avoir beaucoup de soutien et d’aide en place. Pensez à l’impact que cela aurait sur vos études et votre situation financière, et parlez à votre collège de tout soutien qu’il peut offrir aux jeunes parents.

Avortement

Décider d’interrompre la grossesse pourrait être la meilleure option, mais vous seul pouvez faire ce choix. Assurez-vous d’en discuter avec votre médecin afin que vous puissiez recevoir le soutien et les soins appropriés. Le délai auquel vous pouvez mettre fin à la grossesse dépend de l’endroit où vous vivez.

Conseils de grossesse non planifiée pour les gars

Les gars, découvrir que vous pourriez être père va sans aucun doute être un choc. Que ce soit avec une petite amie stable ou une rencontre unique, il est important d’aborder la situation avec compréhension, calme et maturité.

  • Votre réaction initiale peut provenir d’un lieu de panique ou de peur, surtout si vous ne vous sentez pas prêt à être père. C’est une bonne idée de prendre du temps pour vous, d’y réfléchir, d’examiner vos options, puis de revenir avec votre partenaire.
  • Bien que vous puissiez discuter de vos souhaits avec elle, il est important de se rappeler qu’elle aura le dernier mot sur la garde ou non de l’enfant, car c’est elle qui porte le bébé. En vous soutenant mutuellement, vous pouvez décider ce qui est le mieux ensemble.
  • Cherchez du soutien, quelle que soit la décision à laquelle vous venez. Confiez-vous à vos amis et à votre famille, parlez à vos conseillers en santé au collège et n’ayez pas peur de demander de l’aide.
  • Encouragez votre partenaire à faire de même – choisir d’avorter un enfant, de passer par l’adoption ou de devenir parents sont toutes des décisions qui changent la vie et vous n’avez pas à passer par le processus seul.

Accompagnement et conseils en cas de grossesse non planifiée

Parentalité planifiée

Contactez-nous pour en savoir plus sur le contrôle des naissances et ce qu’il faut faire en cas de grossesse non planifiée. Que vous ayez besoin de trouver la clinique d’avortement la plus proche ou de discuter de contraception, ils couvrent tous les domaines de la grossesse.

Appelez : 1-800-230-PLAN (7526)


Droit de naissance international

Cet espace est dédié à aider les femmes à franchir les prochaines étapes lors d’une grossesse non planifiée. C’est une organisation sans jugement qui a également des ressources pour les partenaires/famille/amis qui veulent soutenir la grossesse.

Appelez : 1-800-550-4900


Debout avec toi

Appelez ou discutez avec un conseiller expert sur la grossesse, ou informez-vous des ressources sur la grossesse et de vos droits pendant la grossesse. Idéal pour les femmes enceintes qui travaillent ou étudient.

Appelez : 540-834-4600


Association américaine de grossesse

Pour déterminer les prochaines étapes d’une grossesse non planifiée, contactez l’American Pregnancy Association via le chat sur leur site Web ou en appelant pour parler à un agent.

Appelez : 1-800-672-2296

Premières expériences

L’université, c’est avant tout une première expérience. Vous avez peut-être déjà eu des expériences ou des relations sexuelles, mais s’éloigner de chez vous et rencontrer de nouvelles personnes peut entraîner des situations que vous n’avez jamais rencontrées auparavant. En voici quelques-unes possibles, avec les choses à faire et à ne pas faire pour chacune :

Première fois…

Fais

Ne le faites pas

Avoir des relations sexuelles

  • Vas-y doucement
  • Vêtement de protection
  • Communiquez avec votre partenaire à propos de vos sentiments
  • Engagez-vous dans les préliminaires car cela aidera à faciliter le sexe plus confortablement
  • Supposez que vous ne pouvez pas tomber enceinte ou attraper une IST lors de votre premier rapport sexuel
  • Ne vous forcez pas à faire quoi que ce soit qui ne vous semble pas naturel
  • Avoir peur d’arrêter si vous changez d’avis

À un rendez vous

  • Poser des questions et être présent et engagé
  • Traitez votre rendez-vous avec respect
  • Faites savoir à un ami où vous allez pour votre rendez-vous
  • Soyez franc avec votre rendez-vous et n’envoyez pas de signaux contradictoires
  • Gardez les choses légères et amusez-vous
  • Ne laissez pas votre rendez-vous vous forcer à faire quoi que ce soit
  • Ayez un plan B si les choses tournent mal
  • Passez toute la soirée sur votre téléphone
  • Mettez une pression inutile sur vous-même ou votre rendez-vous

En couple

  • Ayez des attentes réalistes
  • Bâtir la confiance et l’amour
  • Investissez du temps dans votre partenaire
  • Soyez honnête sur ce avec quoi vous vous sentez à l’aise
  • Passez du temps ensemble et séparément, en préservant votre individualité
  • Ne jouez pas à des jeux
  • Évitez de vous précipiter dans quoi que ce soit de sexuel jusqu’à ce que vous vous sentiez tous les deux prêts
  • Ne négligez pas vos études ou votre vie sociale
  • N’ignorez pas les drapeaux rouges

Acheter des contraceptifs

  • Parlez d’abord à un professionnel de la santé
  • Discutez-en avec votre partenaire
  • Essayez différents types – certains vous conviendront mieux que d’autres
  • Faites-vous tester régulièrement et ajustez la contraception si nécessaire
  • Ne devenez pas paresseuse avec la contraception, elle doit être prise telle que prescrite
  • Ne vous limitez pas à un seul type. Utilisez des préservatifs en plus d’une autre forme de contraception pour vous protéger contre les IST, les MST. et grossesse

Questionner sa sexualité

  • Confiez-vous à quelqu’un en qui vous avez confiance. Vous n’êtes pas obligé de passer par le processus seul
  • Allez-y doucement avec vous-même. Ne vous souciez pas de l’opinion des autres, votre sexualité vous est personnelle
  • Entrez en contact avec des organisations de soutien qui peuvent vous aider dans votre cheminement
  • Avoir honte ou comme si vous deviez cacher votre sexualité
  • Ne soyez pas pressé de choisir une étiquette, donnez-vous le temps d’explorer ce qui vous semble naturel
  • Évitez de réprimer votre sentiment
  • Ne vous précipitez pas pour « essayer de nouvelles expériences », prenez votre temps et faites ce qui vous semble juste

Se sentir seul

  • Atteindre! Parlez à vos amis, à votre famille, rejoignez un club ou apprenez une nouvelle compétence où vous pourrez rencontrer d’autres personnes
  • Impliquez-vous dans votre communauté, vous vous sentirez valorisé et connecté
  • Utiliser les périodes de solitude pour pratiquer les soins personnels et l’amour
  • Soyez proactif, soyez celui qui fait des plans au lieu d’attendre les autres
  • Ne vous surchargez pas de stimulation. Être seul est parfois bon alors apprenez à être calme et immobile
  • Ne le prenez pas personnellement – les gens sont occupés par les études et le travail, mais cela ne veut pas dire qu’ils ne se soucient plus de vous

Tomber amoureux

  • Amusez-vous, tomber amoureux est une belle expérience
  • Montrez de l’amour et de l’affection à votre partenaire
  • Continuez à respecter l’espace et le temps de votre partenaire
  • Gardez les pieds sur terre et maintenez un équilibre sain dans votre vie
  • Passez du temps de qualité avec votre partenaire et seul
  • N’étouffez pas votre partenaire. Vos sentiments peuvent être intenses, mais vous ne voulez pas qu’ils se sentent sous pression
  • Évitez de supposer que votre partenaire a les mêmes langages amoureux que vous
  • N’oubliez pas votre individualité. Il est important de continuer à avoir sa propre vie
  • Ne bousculez pas votre partenaire s’il se sent différent de vous

Profiter du sexe et des relations au collège

L’université est une période d’exploration, de plaisir, de rencontre de nouvelles personnes et, bien sûr, d’études en vue de votre avenir. Bien qu’il puisse sembler qu’il y ait beaucoup de dangers, si vous prenez les bonnes précautions, il n’y a aucune raison pour que vous ne puissiez pas profiter des relations intimes et du sexe.

En prenant l’habitude de pratiquer des rapports sexuels protégés et des relations saines, vous aurez plus de temps pour vous concentrer et profiter de l’université. Cela vous aidera également dans vos relations futures et vos rencontres sexuelles une fois que vous aurez obtenu votre diplôme et que vous commencerez une vie totalement indépendante.

Un dernier conseil de la sexologue et coach relationnelle, Caitlin :

En raison de l’abondance et de l’acceptabilité sociale de l’alcool sur les campus universitaires, les gens sont plus susceptibles de prendre des risques et des libertés que s’ils étaient sobres. Cela signifie que les étudiants doivent être plus attentifs au consentement et plus conscients de leurs limites et de leurs limites.

Points clés à emporter

  • N’ayez jamais peur de demander de l’aide. Il existe de nombreuses organisations pour vous soutenir, quelle que soit la situation à laquelle vous êtes confronté.
  • Ayez toujours des rapports sexuels protégés.
  • Être préparé, conscient et organisé peut réduire le risque d’agression sexuelle.
  • Faites attention à vous et à ceux qui vous entourent. Avoir un bon réseau de soutien vous aidera à traverser les hauts et les bas de la vie universitaire.

Un coach relationnel peut-il aussi vous aider ?

Si vous souhaitez des conseils spécifiques sur votre situation, il peut être très utile de parler à un coach relationnel.

Je le sais par expérience personnelle…

Il y a quelques mois, j’ai contacté Relationship Hero alors que je traversais une période difficile dans ma relation. Après avoir été perdu dans mes pensées pendant si longtemps, ils m’ont donné un aperçu unique de la dynamique de ma relation et de la façon de la remettre sur les rails.

Si vous n’avez jamais entendu parler de Relationship Hero auparavant, c’est un site où des coachs relationnels hautement qualifiés aident les gens à traverser des situations amoureuses compliquées et difficiles.

En quelques minutes, vous pouvez entrer en contact avec un coach relationnel certifié et obtenir des conseils sur mesure pour votre situation.

J’ai été époustouflé par la gentillesse, l’empathie et la gentillesse de mon coach.

Cliquez ici pour commencer.

Le lien ci-dessus vous donnera 50 $ de réduction sur votre première session – une offre exclusive pour les lecteurs de Love Connection.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *