Blog

10 conseils pour ne pas se tromper face aux beaux-enfants –

10 conseils pour ne pas se tromper face aux beaux-enfants –

C’est incroyable de voir à quel point nos jolies histoires d’enfance dressent parfois un portrait générationnel, n’est-ce pas ? Ma mère raconte, au milieu des rires, le jour où je suis revenue de la maison de mon camarade d’école, quand j’avais cinq ans, et je lui ai dit, complètement choquée par la coïncidence, que « le père de Carlinha et la mère de Carlinha vivent dans la même maison, peuvent tu y crois? ».

Elle m’a répondu que c’était comme ça, certaines personnes ont des pères et des mères qui vivent dans la même maison, mais je n’étais pas très convaincue de la banalité de ce type de famille. Mes parents se sont séparés quand j’avais deux ans, et la vérité est que je ne me souviens pas d’une période de ma vie où ils étaient ensemble en couple, donc pour moi, la chose normale était vraiment les parents qui vivent dans des maisons très différentes .

Je parle de portrait générationnel car, pour ma génération (nous, les notoires la génération Y), avoir des parents divorcés à la fin des années 1990 et au début des années 2000 n’était pas grave – pas étrange, pas inhabituel, pas digne de regards croisés. C’était un arrangement familial possible (et cet article de Folha qui montre qu’1 jeune sur 3 en 2007 était l’enfant de parents séparés illustre à quel point cet arrangement était courant)).

Et si dans la nouvelle vingtaine, un couple sur cinq se sépare moins d’un an après avoir eu des enfants (comme nous en avons discuté dans notre article sur les conseils pour maintenir le mariage en vie après avoir eu des enfants), et s’il y a plus de 11 millions de mères célibataires au Brésil aujourd’hui, vous pouvez imaginer que de nombreux princes et princesses charmants sont aussi des pères et des mères, n’est-ce pas ?

Vous vous retrouvez complètement amoureux ou amoureux d’une personne qui a un ou plusieurs chiots dans son colis. Si vous n’êtes toujours pas sûr d’être prêt à affronter les particularités d’une relation traversée par ces circonstances, lisez notre précédent article « Je tombe amoureux de quelqu’un qui a des enfants. Et maintenant? ».

Mais si vous avez déjà décidé que vous êtes prêt, voici quelques conseils pour ne pas vous tromper lorsque vous traitez avec des beaux-enfants :

1. Oscar du meilleur second rôle

Si vous faites partie de ces personnes qui aiment toujours passer en premier, gagner, être les meilleures dans tout ce qu’elles entreprennent, ne vous inquiétez pas, il y a aussi de la place pour que vous soyez les meilleures dans cette relation. Le saut du chat, c’est de savoir dans quel rôle tu vas être le meilleur (un conseil, ce n’est pas le protagoniste).

Une bonne amie de ma mère, mariée depuis des années à un homme avec deux enfants, a utilisé cette métaphore étonnante pour décrire ce qu’elle aspirait à être en tant que belle-mère – la personne qui remporte l’Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle. Elle ne rivalise pas avec les parents pour le rôle d’éducation, de création et de décisions concernant la vie des beaux-enfants, mais elle est brillante dans le rôle de belle-mère.

Il est intéressant que toutes les personnes impliquées, y compris les enfants, comprennent que vous n’avez pas l’intention de concourir pour la place de père ou de mère, que vous comprenez que cette place est déjà occupée par une personne et que vous respectez cela. Le respect de cela peut être démontré, par exemple, ne pas mesurer la force, ne pas s’opposer aux décisions des parents, ne pas dire du mal des parents devant l’enfant, entre autres attitudes.

Les enfants ont tendance à être très défensifs s’ils sentent que tu veux prendre la place de leur mère, mais s’ils comprennent que tu ne le penses pas et que t’aimer n’est pas un choix qui nuit à quelqu’un qui est important pour eux, tu as beaucoup plus susceptibles d’être heureux avec votre nouvelle famille.

2. Pas de concurrence – ce sont des relations différentes

L’un des conseils les plus absurdes que j’aie jamais lu, et étonnamment, il se trouve sur de nombreux sites avec des conseils pour sortir avec des gens avec des enfants, est du genre « Soyez sûr de vous pour vous assurer que VOUS venez en premier » ou « Au début, acceptez la deuxième place ». Le gros problème avec ces conseils est qu’ils vous placent, vous et les enfants, en concurrence pour l’espace dans la vie et le cœur de votre partenaire, et c’est un endroit où vous ne voulez certainement pas être.

Premièrement, que l’amour n’est pas une ressource finie, ou, comme on dit, l’amour n’est pas une tarte – ce n’est pas parce qu’une personne a une grande part que les autres en auront moins à disposition. Deuxièmement, eh bien, vous êtes la personne adulte dans l’histoire. Que les enfants de votre partenaire soient des enfants ou des adolescents, il faut s’attendre à ce que vous soyez plus mature et expérimenté, donc la responsabilité d’être le thermomètre de cette relation est la vôtre, pas celle des enfants.

Et, enfin, les relations d’un père ou d’une mère avec des enfants sont complètement différentes des relations amoureuses – les enfants dépendent de leurs parents, y compris pour leur survie, les partenaires non. Les parents ne choisissent pas les enfants qu’ils ont, mais ils choisissent leurs partenaires.

C’est simplement une autre catégorie d’amour.

Les enfants ont souvent des problèmes avec les nouveaux partenaires de leurs parents précisément parce qu’ils ont peur d’être remplacés, de devenir moins aimés. Nourrir cette compétition créera de l’insécurité et de l’antagonisme dans votre relation avec vos beaux-enfants et mettra une pression énorme sur votre relation avec votre partenaire.

Donc, le conseil clé est le suivant : ne rivalisez pas avec vos beaux-enfants pour l’amour de votre partenaire. Mais si vous voulez aller plus loin, voici la suggestion – aidez-les à comprendre que leur position est sûre et que, quelle que soit la relation que vous développez avec eux, ce n’est pas une compétition pour l’affection de leur père ou de leur mère.

3. Créez votre propre relation avec la personne

La clé du succès ici est que les enfants de votre nouveau partenaire ne se sentent pas menacés par votre présence dans la vie de famille, n’est-ce pas ? Le moyen le plus simple d’atteindre cet objectif est que votre relation avec vos beaux-enfants ne soit pas conditionnée par votre relation avec leur parent.

Comme ça?

Disons que vous commencez à intégrer tous les programmes qui étaient réservés aux pères/mères et aux enfants. Vous devenez un appendice de ces programmes, peut-être même un intrus. Mais que se passe-t-il si votre présence rend soudainement possibles différents programmes, qui n’ont pas été réalisés auparavant ?

Et si vous pouviez passer du temps de qualité avec vos beaux-enfants sans la présence médiatrice de votre partenaire ? Vous commencez à construire votre relation avec les enfants.

En tant que belle-mère ou beau-père, vous êtes en très bonne position pour devenir un allié, un adulte sympathique, pour votre ou vos beaux-enfants. Quelqu’un qui n’a pas exactement les devoirs et les responsabilités des parents, mais qui a plus d’expérience de vie et peut donner de bons conseils.

Quelqu’un qui est soudainement capable de jeter un regard plus impartial sur des circonstances conflictuelles et d’aider à trouver un compromis. Moi, par exemple, je suis devenu si bon ami avec ma belle-mère que notre relation a continué même après la fin de sa relation avec mon père, et je connais plus que quelques autres cas où la même chose s’est produite.

Utilisez ces possibilités à votre avantage.

4. Amenez la personne à votre équipe

J’étais toujours très jalouse des copains de ma mère quand j’étais enfant. La chose la plus astucieuse que l’un d’entre eux ait faite (je n’avais même pas sept ans et je suis toujours impressionné par la perspicacité) a été lorsqu’il m’a demandé de l’aider à choisir un cadeau d’anniversaire pour elle. De ce geste il me dit :

  1. Tu es la personne qui connaît le mieux ta mère au monde et je le reconnais.
  2. Je vous considère comme une personne à part entière et je fais confiance à votre jugement (même pour quelque chose d’aussi simple qu’un cadeau).
  3. J’ai besoin de votre aide pour réussir dans cette relation, et je suis prêt à vous la demander.
  4. Vous serez intrinsèquement inclus dans ma relation avec votre mère.

De plus, en l’aidant à choisir le cadeau, je me sentais en partie responsable, et donc je cherchais aussi à ce que le cadeau réussisse – je cherchais le succès de son cadeau.

Avec cette demande d’aide, ce qu’il a fait, c’est m’attirer dans son équipe. Fais-moi espérer qu’il a réussi à rendre ma mère heureuse.

Je pense que cette étape est importante car vous et vos beaux-enfants avez un très grand désir en commun : le bonheur de votre partenaire. Si vous pouvez montrer que vous pouvez travailler ensemble, sans sacrifier votre bonheur individuel, pour atteindre cet objectif, des points pour vous !

5. Comprenez que vos limites ne sont pas celles de vos parents

C’est très délicat – parfois vous êtes avec votre partenaire depuis un certain temps et votre relation avec vos beaux-enfants est déjà bien réglée. Et, pour une raison ou une autre, vous oubliez de faire attention aux limites de la relation que vous avez adoptées au début, et vous finissez par agir d’une manière acceptable pour les parents de vos beaux-enfants, mais qu’ils ne considèrent pas comme acceptable. pour toi.

Peut-être que c’est une limite à la responsabilité ou à l’implication dans leur vie, ou peut-être que c’est une limite à la punition. C’est peut-être une petite taquinerie qu’ils n’acceptent que de la part de leurs parents, ou peut-être même une limite physique – un type de contact qu’ils n’apprécient pas venant de n’importe qui.

Dans tous les cas, même dans une relation saine et stable, même après des années de contact, il est très important de se rappeler que vos limites avec vos beaux-enfants ne sont pas, et ne seront probablement jamais, les mêmes limites que leurs parents.

Souvenez-vous du premier conseil, et cela durera pour toujours – il est important de savoir quel est votre rôle dans cette relation. Même parce que…

6. … prend beaucoup de temps pour établir la confiance, mais est rapide à détruire

Il y a des cas où il faut beaucoup de temps, voire des années, pour construire une relation de respect et d’appréciation qui convient à tout le monde. Mais une fois que vous avez franchi un seuil, il semble que toutes les barrières sont de retour.

Il faut comprendre que la relation belle-mère/beau-père avec leurs beaux-enfants passe par des insécurités très fondamentales d’un être humain, et la seule façon de la construire est basée sur beaucoup de confiance. Si une frontière est remise en question, surtout si c’était une frontière qui était importante pour vos beaux-enfants, la confiance est ébranlée, et c’est la base de tout.

Mais ne désespérez pas, cela ne veut pas dire que tout est perdu. Mais cela signifie que vous devrez travailler dur pour regagner cette confiance et faire un effort pour ne pas la trahir à nouveau.

7. Soyez très prudent avec les changements et les transitions

Peut-être que tout va bien dans votre relation avec votre partenaire et vos beaux-enfants, puis un changement survient – vous décidez de vous marier ou d’emménager ensemble, vous découvrez qu’un nouveau bébé arrive, vous décidez de déménager, ou même de la ville.

Et puis il semble que la régression soit totale dans la relation avec les beaux-enfants.

Cela peut arriver parce qu’ils sont à l’aise avec une situation, et quand ils réalisent qu’il y aura des changements, ces insécurités du début de la relation peuvent revenir avec tout. Il est nécessaire d’aborder les moments de changement avec affection et patience, afin que vos beaux-enfants puissent désirer ces changements avec vous, en participant à leur construction, afin de ne pas se sentir aussi précaires et à la merci des circonstances.

Faites-leur comprendre que le bébé qui arrive sera aussi le leur, ou préparez-leur un petit coin comme ils en rêvaient dans la nouvelle maison. Donnez-leur un rôle important dans la cérémonie de mariage ou trouvez de l’espace pour une nouvelle habitude familiale qu’il voulait vraiment du changement de routine.

Il existe plusieurs manières de penser à la façon d’inclure les beaux-enfants dans les changements et de les transformer en agents de ces nouvelles circonstances.

C’est à vous et à votre partenaire de les rassurer que même avec ces changements leur place sera mise à l’épreuve.

8. Allez au rythme de l’enfant

Le temps des enfants est différent de notre temps. Il se peut qu’au fond de vous vous vouliez être à la vitesse de la lumière dans l’évolution de votre relation avec vos beaux-enfants, alors qu’ils travaillent encore à accepter qu’ils ne pourront pas s’éloigner d’une relation avec vous. Ça arrive, et c’est ok.

La plupart des choses dans la vie d’un enfant sont régies par la vitesse nécessaire au monde des adultes, et il y a quelques exceptions. Votre relation avec vos beaux-enfants en fait partie. Ça ne sert à rien de forcer le bar, de vouloir être les meilleurs amis du jour au lendemain, ou quoi que ce soit du genre. Il faut donner du temps au temps, et exercer une véritable séduction.

Le cadeau de la confiance de vos beaux-enfants doit être donné librement, à un moment où ils vous jugent digne.

Ce processus peut être plus lent que vous ne le souhaiteriez. Mais même cela a ses avantages – lorsque cette confiance viendra enfin, vous vous sentirez bien.

9. Encouragez votre partenaire à respecter son temps avec l’enfant sans vous

Une partie du problème est que lorsque votre partenaire entame une nouvelle relation, la plupart du temps qu’il passe avec les enfants est susceptible d’être réaffecté pour être passé avec vous. Et il est difficile pour les enfants de comprendre que vous n’êtes pas une menace alors que votre arrivée signifie littéralement moins de temps avec l’une des personnes qu’il aime le plus au monde.

Ce n’est pas spécialement dans votre pouvoir de résolution, et c’est une réalité de la vie avec laquelle vos beaux-enfants apprendront à composer, de la même manière que nous apprenons tous, à des moments et pour des raisons différentes, à comprendre que chacune des personnes qui nous aimons et nous associons partageront leur temps et leur amour avec les autres.

Cependant, encourager votre partenaire à passer du temps de qualité exclusif avec la progéniture, les rassurer sur leur place dans sa vie, est quelque chose que vous pouvez faire, et cela aura indéniablement d’énormes avantages dans la vie de famille.

10. Respectez votre processus

Ces conseils mettent l’accent sur les possibilités d’attitudes qui partent de la responsabilisation des adultes pour la relation familiale qui s’établit, en particulier du nouveau partenaire qui entre dans une réalité familiale existante. Il se peut que s’entendre dans cette relation soit facile et naturel, et appliquer ces conseils relève de la magie.

Mais il se peut aussi qu’il vous soit vraiment difficile de vous comprendre dans ce nouvel endroit et que vous ne trouviez même pas l’espace pour essayer de faire grand-chose à propos de cette relation.

Il se peut que les situations avec vos beaux-enfants soulèvent vos questions et insécurités avec votre relation, et peut-être que la relation du partenaire avec les enfants et/ou avec l’ex rend tout plus difficile. Peut-être que vous n’avez pas la moindre expérience avec les enfants, et que vous n’en avez jamais voulu – et ce n’est pas parce que vous pensiez qu’être avec votre partenaire rendait ce défi intéressant que vous êtes obligé d’aimer chaque instant.

Le conseil ici est de respecter votre processus et de valider vos sentiments à ce sujet. Si vous en ressentez le besoin, parlez à votre partenaire de ce qui se passe (si vous avez besoin d’aide, consultez notre article sur comment communiquer plus efficacement ici). En fin de compte, même si vous faites tout ce qui est en votre pouvoir, cette relation ne dépend pas que de vous.

Il est important de souligner que chaque famille est une famille et que leur niveau d’implication et de responsabilité dans l’éducation de leurs beaux-enfants variera considérablement selon les circonstances particulières. Il est impossible de couvrir toutes les situations, et cet article ne se veut pas une voix universelle, mais une perspective.

Mon espoir avec cet article est d’aider à faire en sorte qu’il y ait moins de mauvaises belles-mères et de beaux-pères égarés, et plus de personnes bien intentionnées et bien informées pour rendre cette relation délicate aussi spéciale que possible.

Remarque : je parle beaucoup des parents dans ce texte, car la situation la plus courante des parents séparés des enfants et des jeunes est celle des parents biologiques, cependant, je pense que ces conseils fonctionnent exactement de la même manière pour les couples qui ont eu leurs enfants par adoption, puis ils se sont séparés et se sont liés à de nouvelles personnes.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *